“Réinvestir le contrat social français”

Biens Communs Panthéon contrat social

La situation est telle qu’il n’est plus impossible que la France sorte de l’histoire.

Avec elle, ce sont les idées qu’elle a porté au fil des siècles qui sont menacées : l’universalisme laïque et le goût du débat d’idées en République, un idéal culturel dans le cadre de l’École ou de la francophonie, la défense d’un patrimoine public au profit de tous, l’État-providence qui protège chaque Français, une place indépendante et forte sur la scène internationale ou encore un rôle novateur dans les secteurs agricoles ou industriels.

Autour d’elle, la mondialisation et le libéralisme économique détruisent une planète à bout de souffle, menacent la souveraineté nationale et morcellent le territoire français en rivalités individuelles ou communautaires qui minent la démocratie.

Ce sont ces biens communs que nous souhaitons défendre.

Notre groupe de réflexion réunit de jeunes Français, pour lesquels la réponse à la hauteur de notre pays et de notre siècle sera patriote, républicaine, sociale et écologique.

De parcours différents et de sensibilités diverses, nous pensons que notre pays évitera le renoncement en retournant à ce qui constitue son histoire : celle d’un pays indépendant de la marche aveugle vers un « progrès » mortifère, mais qui demeure toujours novateur pour affirmer une voie originale.  Un pays qui retrouve le sens du peuple et de l’intérêt général ; un peuple qui cherche encore à prolonger son destin commun, qui ne cesse de chercher une solution collective, à tâtons, parfois, mais sans rien céder de ses valeurs.

Vous trouverez ici réflexions, entretiens, lectures, dialogues, qui continueront de nourrir cet esprit français si particulier à partir de différentes entrées.

Il nous tient aussi particulièrement à cœur d’organiser régulièrement des événements dans les territoires, conscients, avec Simone Weil, de la puissance de l’enracinement face à une modernité qui oublie d’où elle vient et ne sais plus où elle va. Thionville, Guingamp, Paris, Le Havre, Castres… : ce sont dans nos villes et dans tant d’autres que nous voulons nous arrêter afin d’échanger et de réfléchir ensemble. Ce sont ces territoires qui vivent au quotidien les dangers du changement climatique, de la casse des services publics, du creusement des inégalités, de l’affaiblissement démocratique, des fractures sociales, numériques ou sanitaires.

En bref, et à notre échelle modeste, nous voulons réinvestir le contrat social français, qui garde toute sa pertinence face aux enjeux de notre époque.

Il nous paraissait pertinent de lier la naissance de ce groupe de réflexion avec le début du référendum d’initiative partagée autour de la privatisation des Aéroports de Paris. Cette question nous semble rassembler, en effet, les nombreux problèmes qui menacent la France : le sacrifice des actifs publics sur l’autel d’une vision économique de court-terme, la liquidation des services publics au détriment de l’intérêt général, le manque d’ambition en matière de politique environnementale, l’atteinte à la souveraineté nationale au nom de la mondialisation et du benchmarking.

Néanmoins, ce référendum nous paraît aussi ouvrir l’espoir d’une prise de conscience du peuple français et de ses représentants, qui résistent aux pressions extérieures pour offrir à la France ce qu’elle mérite : un grand débat, sur la place publique, autour des enjeux de cette privatisation.

Puisse notre chemin, sans doute semé de doutes, de luttes et de rêves, contribuer humblement à prolonger la vision de Jean Jaurès : « Si noir que puisse devenir le monde, il ne verra jamais cette chose impossible et monstrueuse, la mort de la France. »

2 commentaires sur ““Réinvestir le contrat social français””

  1. Ping : Qu’est-ce qu’un bien commun ? - Biens Communs

Laisser un commentaire